— Des incidents ? Si vous voulez parler des bandes de routiers, ça oui, on en a notre content par ici...  

Le marchand vida sa chope et la reposa sans paraître se soucier de la moustache blanche de bière qu'elle avait laissé, par-dessus sa barbe poivre et sel. Puis il étouffa un rot. Près du feu, un corniaud gémit dans son sommeil. La salle à manger de l'auberge était presque vide, la patronne passait un chiffon mouillé sur la table.

Un livre de Walter Scott (1819).

Manuscrit trouvé dans un carton

Parfois, poussé par ses proches, le raconteur d'histoires fait du rangement dans la BardCave. C'est ainsi qu'il est récemment tombé sur deux volumes en format poche, de la collection Folio Junior: le texte intégral d'Ivanhoé, par sir Walter Scott, dans sa traduction du XIXe siècle. Avec illustrations originales à l'intérieur (attention, moustaches) et couverture par John Howe, plus connu pour son travail sur l'œuvre de Tolkien. 

Poussé par la nostalgie et une curiosité malsaine (vais-je le trouver nul ?), j’ai donc relu Ivanhoé, comme un gosse.

Apothéose

Le soleil se levait sur la Cité Divine : un bleu doux éclaircissait le ciel, et les rayons rasants heurtaient de place en place une flèche, un dôme, un bulbe de métal doré, pour éclater en scintillements aveuglants. Alors que les faubourgs étaient bien espacés, dans le centre monumental les rues manquaient de largeur, sans doute pour contraster avec les murailles de pierre blanche qui s’élevaient de part et d’autre, ornées de gravures gothiques, d’écrans géants et de peintures murales naïves. Rien qui ne fasse moins de quatre mètres de haut, observa Benedict.

Réaction

Internet, 8 octobre

Le pacificarium de Beijing fermé par la police, une vague d’arrestations en cours

Une centaine de fidèles ont été arrêtés pour troubles à l'ordre public lors de cette descente des forces de police, qui sont arrivées par autobus entiers devant le siège de l’Eglise de la Paix et de l’Harmonie. On vient d'apprendre ce matin que les responsables de l'organisation en Chine étaient inculpés pour fraude fiscale et menées contre-révolutionnaires. Les autorités chinoises ont interdit toute nouvelle ouverture de centre du culte d'Ao sur le territoire de la République Populaire de Chine.

Dissension

Le e-Monde, 4 février

Faut-il avoir peur du culte d'Ao ?

Depuis sa création il y a deux ans, cette nouvelle religion connait un développement foudroyant dans tous les pays du monde. Des spécialistes tirent l'alarme sur une mouvement sectaire unique en son genre, à la puissance inquiétante. Pour en savoir plus sur ce phénomène mal connu, nous avons rencontré Javier Mariscal Gutierrez, ex-diacre du culte qui s'en est récemment pris à son ancienne hiérarchie.

Expansion

www.premiere.fr , 3 novembre

« Le Message de la paix » : un film trop tôt ?

On l’a souvent dit, l’industrie du cinéma ne cesse d’accélérer ses cycles de développement pour répondre aux fluctuations de l’actualité et aux nouveaux intérêts du public. Parfois, on aimerait qu’ils se servent aussi du frein, et pas seulement de l’accélérateur.

Apparition

Rome, un matin de mai

La lumière repousse les ombres des bâtiments, fait briller les vitrines, étincelle à l'occasion dans des rétroviseurs. Les romains vont à leur travail, ouvrent leurs magasins, tandis que les plus matinaux des touristes parcourent déjà les rues de la Ville. 

Je vis dans un immeuble plutôt bien fréquenté. Comment le sais-je ?  Hé bien l'autre jour, alors que votre barde vaquait paisiblement à ses affaires domestiques, il s'est soudain arrêté, aux aguets, la truffe flairant le vent. Ce petit parfum acidulé... Ce nez puissant, avec une entrée en bouche plus douce... On dirait ma littérature favorite ! 

Il y a un an, je découvrais le premier tome de ce qui promet d'être une série épique, et j'avais partagé mes impressions avec vous, chers lecteurs. Depuis, un nouveau tome est sorti, un frère bienveillant me l'a offert en grand format, et ma foi, je dois dire qu'il se lit bien.

Une pluie fine mêlée de neige tombait depuis le matin. Kituk s'essuya le front avec sa manche. Allongé sous un buisson, dans le froid et l'humidité, il surveillait la tour. C'était une corvée qu'il avait appris à endurer depuis longtemps ; les longs affûts étaient une des clefs de la guerre, tout combattant devait être capable de les tenir des heures durant, et ensuite dans l'instant se lever et combattre.